google maps :
perdu sur le campus ? tu pourras trouver une carte ici, pour t'aider à te repérer !

happy hour :
de 1h à 5h, les rps postés comptent doublent ! faites vous plaisir, nos petits insomniaques préférés.

ultimate list :
vous vous êtes toujours demandé quel pnj était pris à quel moment, avec qui ? vous avez la liste des rps pnj en cours ici, désormais.

aller en hautaller en bas

Minuit Baskerville
Minuit Baskerville
Arrivée : 30/08/2018
Messages : 89
Avatar : ciel phantomhive (black butler)
Avatar réel : park jisung
Crédits : neil </3
Multicomptes : luca * ether * ludmilla * fenrir * lekka * abrahel
Logement : résidence les azalées, deuxième étage, chambre n°287
Cursus : terminale ES
Occupation : inscrit au lycée du centre-ville
Date de naissance : 04/12/2001
Age : 17
Glitch : le mec a un pentacle sur son œil qui est devenu violet quoi. oui ça explique le cache-œil. il ne sait toujours pas si c'est néfaste ou non.
le plus grand de tous les boloss [ft. kurei] Tumblr_n77y8fgfWR1qm9y5qo1_500
Couleur : #6495ED
Thèmes : hummingliliumlacrimosaparade of lifedanse macabreeverythingtag, you're it
Pts : 224
kureisolvigthanos
ojiblog
le plus grand de tous les boloss [ft. kurei] ScratchyOrderlyCaudata-small
love ? love isn't real.

https://ojisatsu.forumsrpg.com/t153-danse-macabrehttp://ojisatsu.forumactif.com/t154-des-rires-aux-larmes-minuithttp://ojisatsu.forumactif.com/t155-les-demons-de-minuithttp://ojisatsu.forumactif.com/t73-les-votes-de-l-abruti-et-du-microbe

le plus grand de tous les boloss [ft. kurei] Empty le plus grand de tous les boloss [ft. kurei]

le Sam 1 Sep - 15:11
Comment Minuit avait trop le seum. Depuis peu, il ne pouvait pas faire le moindre pas sans que ces abrutis ne cherchent à le déranger. Ces abrutis ? Ouais. Le gang, là. Les boloss, comme il les appelait mentalement. Peut-être que c'était son attitude qui passait mal, ou le fait qu'il soit encore au lycée, ou le fait qu'il soit, à tout hasard, blindé de thunes, mais en tous cas, il ne pouvait pas faire un pas dans la résidence des azalées sans qu'on vienne lui casser les couilles. Autant dire que. Il était plutôt. Agacé. Il avait tout essayé : passer par des portes arrières, rester dans les endroits remplis de monde, il avait même couru comme un dératé jusqu'à sa chambre un jour, sous la pluie battante et l'orage, mais non, pas moyen. Il fallait encore et toujours qu'il se fasse emmerder.

Du coup, il avait eu un moment de "mais pourquoi je les laisse m'emmerder, même ?". Légitime, juste même, mais il ne fallait pas oublier que pour commencer, il était seul contre quatre, qu'il faisait 1m53,7 pour exactement 32 kilos, et que de ce fait, il ne faisait littéralement pas le poids. Cette université était une jungle et il était tout en bas de la chaîne alimentaire. De ce fait, il devait se rendre à l'évidence : si il voulait gagner cette guerre nulle, il allait devoir être plus intelligent qu'eux. Bon, ce ne serait pas difficile, mais... il n'avait pas trop envie de se faire rouler dessus, quoi. Encore moins littéralement.

Au moins cela stimulait ses neurones. Et ça lui faisait faire du sport, parce que désormais son chemin lycée-chambre à la résidence se faisait limite en courant à toute allure. Ça attirait beaucoup de regards mais il faisait avec, disons. Cette fois-ci, il était bien décidé à les prendre de vitesse, ces abrutis. Aussi il avait couru comme un dératé du portail le plus proche de la résidence jusqu'aux Azalées, prenant garde à être aussi discret que... qu'un chat. Disons. Il avait contourné le campus, passant derrière les bâtiments et rasant les murs de sorte à se mêler aux ombres de la fin de la journée. De toutes façons il était minuscule, ce n'était pas bien compliqué.

Finalement, il parvint à l'entrée des Azalées, et se jeta sur la porte de l'immeuble pour pouvoir entrer sans mal - d'habitude il était obligé de pousser la porte avec tout son corps pour entrer, c'était insupportable. Enfin. Les couloirs des Azalées étaient étonnamment vides, compte tenu de l'heure, mais ça l'arrangeait. Il n'aimait pas qu'on le regarde bizarrement à chaque fois qu'il rentrait dans sa chambre. Il savait que les rumeurs couraient vite dans le campus – dieu merci pas autant que dans son lycée... - mais quand bien même, il aurait bien espéré un peu de tranquillité.

Un bruit le fit soudain sursauter – et couiner comme une fillette mais cela se passe de tout commentaire – et il détala comme un lapin, pressé de retourner dans sa chambre... et cela ne manqua pas, il se heurta violemment à quelqu'un. Cool. Il fut projeté par terre, retombant sur les fesses, et releva un regard mi-meurtrier mi-effrayé vers la personne, s'attendant à un des boloss... mais non, c'était une jeune femme qu'il n'avait jamais vu.

Pardon. Je n'ai pas fait attention.

Il se releva, essayant de rester digne.